Leadership culturel « Groupe30Afrique

Leadership culturel

Viye Diba : Si nous voulons construire une société conçue sur le principe du désordre, cela peut être un concept intéressant. Mais il faut l’affirmer et l’assumer

 Le phénomène du “contournement et de l’enjambement ”

“Quand vous marchez sur les rues des capitales africaines surpeuplées, votre corps est exagérément sollicité. Parce qu’à cause des étalages des marchands ambulants, occupant anarchiquement les trottoirs, vous ne faites que contourner et enjamber. Ainsi, tout en voulant être rapides, nous créons les conditions d’être lents. Ce qui est un désavantage dans un monde régie par la vitesse.
Ceci se transcrit exactement au niveau politique : les vrais problèmes sont toujours contourner ou enjamber pour des raisons politiciennes. Les difficultés s’amoncellent ainsi pour les générations futures à qui nous les léguons en héritage.
Si nous voulons construire une société conçue sur le principe du désordre, cela peut être un concept intéressant. Mais il faut l’affirmer et l’assumer.
Les racines de cette théorie, qui est contraire à toute ambition de développement, sont l’indiscipline et le manque de patriotisme. En ces deux aspects au moins, les modèles chinois et japonais devraient faire école sur le continent.”



Entreprises culturelles en Afrique de l’Ouest : les femmes ne doivent plus jouer les seconds rôles

Misa Alves (Cap-Vert)

Au sein des organisations culturelles en Afrique de l’Ouest, les  femmes sont souvent «assistantes »…avec toute la connotation péjorative de l’expression. Des seconds couteaux qui ne couperont peut-être jamais.

Du fait de la saturation des métiers traditionnels taillés à la mesure des « lead-vocaux », présidents d’associations ou administrateurs, aucune marge de carrière n’est offerte à toutes les nouvelles compétences féminines impliquées dans le secteur depuis quelques années. Les nouveaux métiers en application dans les autres secteurs doivent s’inviter dans les arts et la culture pour accélérer les processus d’innovation qui l’interpellent.

Nous faisons face à une obsolescence de nos outils de production et d’administration alors qu’il nous faut des connaissances dans tous les domaines. Le besoins de « données nourrissant » est réel.

Une conscience féminine nouvelle se doit d’émerger pour mettre en cohérence toute l’énergie créatrice en effervescence depuis tant d’années et que nous n’arrivons pas à convertir en valeurs utiles. Le projet Africa Fête et le Raw Material Company (Sénégal) sont des exemples connus de réussite du fait, en grande partie, de la conscience et du pragmatisme des initiatrices.

Rares sont les organisations professionnelles qui disposent d’une mémoire. Excepté les pièces comptables,  « Tout » est dans la seule tête du Président ou de l’administrateur.

La ressource première étant humaine, nous ne l’avons jusqu’ici pas utilisée à bon escient… raison principale de la précarité qui habite notre secteur.

Il urge d’évaluer notre ressource humaine pour nous rendre effectivement compte de ses insuffisances et du grand besoin de sang neuf… une personnalité beaucoup plus consciente et beaucoup plus sensible à la vision qui nous incombe.

Oumar Sall

Saly, Jour 04 de la formation



Le projet

Le financement du projet a été fixé l’an dernier par les 500 millions euros du program de l’Union Européenne Investing in People. Les partenaires du projet sont le Centre des arts GoDown à Nairobi, au Kenya, Groupe 30 Afrique au Sénégal, Doual’art au Cameroun, Casamemoire au Maroc et l’Institut Goethe.

Le but ultime du programme est de faire progresser la dimension culturelle du développement et de la diversité culturelle en Afrique à travers l’amélioration de la gouvernance culturelle. Il est proposer  la capacitation d’un leadership qualifié pour élaborer et appliquer efficacement des politiques et stratégies, et pour  gérer efficacement les organisations de la société civile et les institutions publiques.

(Lire plus…)


  
Copyright © 1996-2010 Groupe30Afrique. All rights reserved.
Powered by Nelam services